La caisse à outils du mécanicien

Outils Mécanique Moto

Vous aussi vous en avez assez de vider votre compte en banque pour une simple révision de la moto ? Vous aimeriez être capable d'effectuer ne serait-ce que de l'entretien courant sur votre moto plutôt que de perdre du temps à prendre des rendez-vous pour des choses relativement simples qui vous feraient gagner du temps et de l'argent ? Alors commencez par vous munir de la RTM (Revue Technique Moto) de votre véhicule et investissez durablement dans du matériel adapté et lancez-vous dans la mécanique moto. Vous apprendrez à mieux connaître votre engin et à savoir précisément ce que vous avez fait et comment ça a été fait avec une vraie satisfaction personnelle, encore plus le jour où à votre tour vous partagerez votre expérience de mécano avec les amis !

Note : tout au long de l'article vous retrouverez des liens cliquables afin d'identifier visuellement l'outil dont je parle.

Les outils pour bien commencer la mécanique

Quel outil pour quelle utilisation ?

Clés et tournevisTournevis mécanique moto

Sur certaines motos, un simple contrôle du niveau de liquide de frein ou d'huile ou encore de refroidissement, demande parfois à démonter une section des carénages. Ceux-ci sont la plupart du temps maintenus par des vis allen ou torx, ... voir des boulons. Vous avez donc deux options :

  • la première et la plus simple, sera de se procurer un kit avec un tournevis porte embouts et son lot d'embouts allen, torx, philips, pozidrive, plat, douilles... C'est compact et pratique à l'usage, les petits modèles vous accompagneront aisément dans votre top-case ou sacoche de réservoir.
  • la deuxième est plus encombrante, puisqu'il faudra acheter un lot de tournevis, un lot de clés allen, un lot de clés torx etc... mais elle est aussi plus qualitative en terme de résistance à l'usure généralement.Caisse à outils

Pour aller plus loin dans l'entretien et le démontage de votre moto, vous allez tomber sur des boulons de plus gros diamètre. Il faudra donc avoir sous la main les douilles de taille adaptée qui passent généralement en 1/2" alors que les plus petites sont en 1/4", simple question de résistance. Exemple, l'écrou de l'axe de votre roue arrière que vous devrez desserrer pour pouvoir effectuer la tension votre chaîne de transmission. Vous avez donc là aussi des coffrets en 1/2" avec des manches plus longs et robustes pour supporter les gros serrages.

Certains écrous ou boulons peuvent ne pas être facilement accessibles avec des clés à angle comme celles-là, on en arrive donc à souvent avoir besoin d'un lot de clé mixtes (plate d'un côté, à œil de l'autre), ça fait partie des indispensables à l'usage. De 6 mm à 19 mm, vous couvrirez la plupart de vos besoins, le reste s'achète à l'unité si nécessaire. Les clés à pipe feront généralement double emploi avec un lot de clés à douilles comme j'en parlais plus haut, vous pouvez donc les oublier de votre liste de base.

Les pinces

Viennent ensuite les pinces : la plus connue étant sans aucun doute la pince multiprises, c'est celle qui se faufile assez bien partout et qui est multitâche. Pince mécanique motoEn effet, vous pourrez tout bêtement maintenir fermement une pièce en position, aider au desserrage d'un bouchon d'huile trop serré, maintenir un boulon lorsque vous desserrez son écrou de l'autre côté, pincer des circlips de durites d'essence ou de liquide de refroidissement, retirer une goupille de sécurité et j'en passe... L'autre pince la plus couramment utilisée est la pince coupante ; vous pourrez fermer un serflex et couper l'excès de longueur, couper une durite de remplacement à la bonne longueur, couper un fil électrique lors de l'installation d'un nouvel accessoire sur la moto etc...  si je devais en choisir qu'une pour commencer, ce serait le modèle tenaille russe que j'utilise le plus souvent car elle offre plus de force et est donc plus polyvalente tout en restant suffisamment compacte. Enfin, pour ne parler que des pinces les plus couramment utilisée pour de l'entretien standard, j'ajouterais la pince à bec courbé qui ira dans des endroits plus exigus et avec une plus grande précision de travail, pour par exemple manipuler des câbles, des pièces de carburateur...

Le marteau

A l'occasion, un marteau de mécanicien (30 mm à 35 mm) peut être pratique à avoir sous la main, pour chasser un axe, frapper un chasse goupille ou un boulon récalcitrant pour décoller les filets, etc... C'est aussi le modèle le plus polyvalent car de taille moyenne, à mi-chemin entre le marteau de menuisier et la massette. Lorsque vous ne voulez pas risquer d'abîmer votre pièce, utilisez une cale en bois ou bien un maillet en caoutchouc pour bien faire.

Les bons et les mauvais outils

Bon plan ou mauvaise idée ?

Avant de vous parler des bons outils, éliminons de suite de votre tête les horreurs que vous trouverez à tout petit prix et qui vous feront dépenser beaucoup d'argent et de temps au final... sans parler des risques de blessure bien réels ! En effet, un outil qui ripe car mal usiné et donc pas tout à fait à la bonne taille (c'est très courant sur un produit bas de gamme) risque de vous rapper la main - le bras contre toute sorte de choses... généralement des parties saillantes tant qu'à faire. Si l'outil ripe, votre vis va en prendre un coup... et il ne faudra pas longtemps avant qu'elle ne soit impossible à dévisser de manière conventionnelle, et c'est là qu'on aura recours à des méthodes délicates dont ont aurait aimé se passer... donc perte de temps comme je le disais.

Concrètement, si vous voulez minimiser au mieux votre investissement dans de l'outillage à main car vous n'êtes pas bricoleur dans l'âme et que vous vous en servirez tous les 31 du mois, veillez au minimum à ce qu'il soit écrit "Chrome Vanadium" sur votre outillage à main en métal. C'est un gage de qualité de l'acier et donc de résistance de l'outil (et puis ils résisteront beaucoup mieux à la corrosion dans le temps), même si cela dit, ça ne prouve pas toute sa qualité générale comme la précision d'usinage et donc le risque de ripage pour certains produits noname malgré tout . Un outil de bonne qualité est aussi un outil qui a une bonne conception point de vue ergonomie ; s'il est bien étudié, vous aurez plus de grip en main et plus de force, je parle essentiellement des tournevis et des pinces. Quand c'est possible, prenez-le en main et jugez de l'agrément du revêtement, faîtes confiance à vos sens.

Autre précision, il faut savoir qu'il existe des douilles à 6 pans et d'autres à 12 pans. Le 12 pans a l'avantage de pouvoir placer la douille dans 12 positions différentes, ce qui est pratique dans certains endroits peu accessibles pour orienter la clé comme on veut. L'inconvénient est que le risque d'abîmer la tête d'un écrou (excessivement serré ou rouillé avec le temps) est un peu plus grand qu'avec une douille à 6 pans seulement. Cette dernière épouse parfaitement l'empreinte de votre boulon/écrou, c'est donc sans risque de l'abîmer. Vous allez me dire, la clé à cliquet est là pour ça, pour reprendre plus facilement à l'angle voulu... et je vous dirais oui et non (voir plus loin le chapitre "Chacun son rôle"). Préférez donc si possible les coffrets composés de douilles à 6 pans.

outils mécanique moto

Les marques

Concernant les marques recommandables, elles sont nombreuses et chacun aura un avis plus ou moins objectif dessus, parfois par expérience, mais malheureusement souvent par des "on-dit" du net par certaines personnes qui en viennent à juger sévèrement un produit alors même qu'ils l'ont utilisé n'importe comment... je l'ai trop souvent remarqué (du genre frapper comme une brute sur un tournevis ou faire levier avec, utiliser une rallonge sur un manche à cliquet, etc... et se plaindre que ça casse...). Voici donc une liste non exhaustive de marques +/- grand public qu'on retrouvera facilement en grande surface de bricolage française ou sur des sites d'outillage en ligne bien connus : Magnusson (Brico Dépôt), Dexter (Leroy Merlin), Norauto (la gamme pro), Stanley, BostFacom, KS Tools, Knipex, Wiha, Beta, Sam et j'en passe...

La garantie

Un bon outillage à main est la majorité du temps garanti de nombreuses années, 10 ans et plus... Certaines marques offrent même des garanties à vie et elles sont de plus en plus nombreuses. Pour que ça fonctionne, gardez de préférence votre ticket de caisse (pas indispensable cela dit, renseignez-vous au préalable) et surtout, utilisez vos outils de manière conventionnelle car la réparation ou l'échange pourrait vous être refusé pour le motif de mauvaise utilisation, je vais y revenir juste après. Les trois premières marques citées plus haut sont des marques de grandes surfaces spécialisés et il n'y a donc qu'elles qui les vendent avec un SAV valable dans tout le réseau français. C'est un avantage car vous pouvez vous rendre au magasin le plus proche et ceux-ci rechignent rarement à vous échanger le produit directement sauf si encore une fois il y a une forte suspicion de mauvais usage. D'autres marques très connues demandent plutôt le retour du produit en centre SAV pour une inspection avant réparation ou échange, ça peut prendre des semaines et rien n'est garanti... voilà pourquoi j'orienterais plutôt les particuliers vers des marques disponibles en magasin ; les professionnels ont quant à eux des contacts et des délais privilégiés avec les marques en cas de souci.

Quelques conseils d'utilisation

Chacun son rôle

Une chose à savoir et que peu de gens respectent en général : évitez de desserrer ou de serrer au couple un gros écrou à l'aide de la clé à cliquet de votre coffret, celui-ci vous sert essentiellement à accélérer le vissage/dévissage lorsque vous ne pouvez pas faire un tour complet avec le manche. Un cliquet de grande marque ne posera pas de souci la majorité du temps, mais au delà d'environ 18 mm utilisez plutôt votre clé standard pour d'abord débloquer l'écrou et passez ensuite au cliquet ; idem pour le serrage définitif, reprenez la clé standard. D'autant plus qu'à force d'utiliser la clé à cliquet et à faire des allers - retours, votre bras s'habitue à la résistance de serrage et vous risquerez plus facilement de serrer votre écrou à un couple excessif sans vous en rendre compte, parfois jusqu'à la casse.

Aussi, si vous devez utiliser un manche - une rallonge pour démultiplier votre force sur l'outil, faites-le sur la clé standard de votre coffret et pas sur le cliquet, pour la même raison que précédemment à savoir un risque de casse du mécanisme de cliquet. Dans le même esprit, un tournevis n'est pas un levier ni un chasse goupille ! Si vous l'utilisez comme tel vous vous risquez à une casse avec le risque de se faire mal si vous ne faîtes pas preuve d'un minimum de bon sens sur la résistance de l'outil. Préférez une barre en acier quelconque de bonne épaisseur pour faire levier (on en trouve dans toute bonne surface de bricolage) ou un lot de chasse-goupilles dédié si vous devez repousser un axe par exemple en frappant au marteau. Ce sera beaucoup plus solide et pas de perte de garantie en cas de souci car l'outil est conçu pour ça.

Tout est dans le mouvement

Si vous devez exercer un effort important sur la clé, qu'il soit constant ou ponctuel en le frappant, réfléchissez toujours avant au mouvement que vous allez devoir faire et là où vous risquez de taper si votre geste n'est pas précis ou si votre outil dérape pour une raison X... On se fait trop souvent mal pour des choses bêtes qui auraient pu être évitées en protégeant mieux la zone ou en positionnant son outil autrement.

C'est la taille qui compte

Avant de commencer à forcer, assurez vous toujours d'avoir la bonne taille de douille ou d'embout de tournevis. Vous entrez votre outil à fond en regardant rapidement si il y a du jeu ou non lorsqu'il est en place avant de commencer l'effort. L'erreur la plus courante est l'utilisation d'une mauvaise taille d'embout cruciforme et c'est celui avec lequel la tête de vis s'abîme le plus rapidement si l'on se trompe, donc pas de précipitation. Une fois le bon embout trouvé, le principe est d'appuyer bien fermement sur le tournevis en veillant à le maintenir dans l'axe tout en tournant, aidez-vous de vos deux mains si nécessaire.

Pour aller plus loin

Les outils spécifiques

Le tournevis à frapper

Pour continuer sur le dernier point évoqué précédemment, il se peut que même avec la bonne technique vous ne puissiez pas dévisser votre vis - écrou à cause de la corrosion ou d'un serrage excessif de celui-ci. Vient alors un outil qui peut vous sauver dans un premier temps : le tournevis à frapper. Vous y placez l'embout ou la douille et vous n'avez qu'à frapper fermement sur la tête du tournevis avec un marteau de mécanicien pour qu'il exerce automatiquement une force à la fois verticale et dans le sens anti-horaire. Cet outil fait des miracles et vous sera bien souvent utile pour les vis de vase d'expansion du maître cylindre de frein avant sur certaines motos par exemple. Le choc sur la vis permet de mieux décoller les filets alors que forcer bêtement occasionne parfois une torsion du métal et donc une casse de la tête.

Sur le même principe, vous avez les clés à choc pneumatiques ou électroportatives pour les plus gros écrous, mais c'est aussi un autre budget. C'est par exemple souvent nécessaire pour desserrer l'écrou de votre pignon en sortie de boîte, lors d'un changement de kit chaîne.

Le chalumeau

Pour les plus courageux, si l'écrou fait de la résistance, vous pouvez le chauffer à l'aide d'un chalumeau ou une lampe à souder afin de dilater le métal et d'en venir à bout dans la majorité des cas. Pensez accessoirement à pulvériser du dégrippant (WD40, Transyl, ...) plusieurs minutes voir plusieurs heures avant d'y revenir.

La clé dynamométrique

Si vous-même vous ne voulez pas risquer de casser ou de serrer excessivement une vis, au risque de la fragiliser et d'avoir des soucis au prochain démontage, il sera intéressant d'envisager l'achat d'une clé dynamométrique qui peut être indispensable pour certaines pièces sensibles si l'on manque d'expérience et de jugement lors du serrage. Par exemple, serrer de trop une bougie ou une vis de culasse deviendra particulièrement difficile et long à réparer si ça casse, de même que pour la fixation d'un étrier de frein, d'une vis de carter moteur et j'en passe... Et au contraire, une vis pas assez serrée, peut à la longue se desserrer avec les vibrations ou ne pas maintenir la pièce aussi fermement qu'elle le devrait.

Pour un bricoleur occasionnel, une clé de qualité moyenne peut très bien suffire dans le sens où c'est déjà bien mieux que rien, le serrage est rarement critique au mètre-Kilo près (m.kg, une des unités de mesure du couple de serrage). Pour de la mécanique moto, une clé comme celle-ci qui couvre une plage de serrage de 40Nm à 200Nm est recommandable, ça convient à de la moyenne et grosse mécanique courante. Vous ajustez la valeur par rapport aux recommandations du constructeur (voir la Revue Technique Moto) et vous serrez en gardant la clé parfaitement dans l'axe et votre main exactement sur la poignée et pas ailleurs sur le manche, c'est important pour la précision. N'oubliez pas de remettre la valeur à zéro une fois que vous avez fini de vous en servir, ça va détendre le ressort interne pour ne pas le fatiguer et risquer de perdre en précision avec le temps.

Le multimètre

A ceux qui aimerait changer leurs clignotants, installer un accessoire tel un chargeur USB au guidon, ou tout simplement trouver une panne électrique, le multimètre vous sera grandement utile afin de vérifier par exemple la conductivité d'un câblage, distinguer le pôle positif et la masse sur votre circuit, mesurer la tension de votre batterie, voir la charge de l'alternateur, l'état du régulateur de tension etc... C'est un appareil relativement simple à utiliser, de plus il est assez peu cher (~ 15€ pour un modèle standard grand public). De même, un stylo testeur de tension peut suffire pour une utilisation plus basique encore, puisqu'il vous permettra de savoir si une tension circule sur le câble testé grâce à une lampe qui va s'illuminer ; vous aurez alors le pole positif de votre circuit, ou du moins le câble où circule du courant d'une manière générale.

Le kit de vidange

Sur certaines motos vous aurez besoin d'une clé à filtre pour effectuer votre vidange. Quoi de plus simple que de la faire soit-même lorsqu'on a un peu de temps libre ? On fait un peu chauffer la moto pour rendre l'huile plus fluide et faciliter son écoulement, on place un réservoir récupérateur sous le moteur et on dévisse la vis de vidange (certaines motos en ont deux, renseignez vous). Pendant que ça coule vous pouvez alors retirer votre filtre à huile (soit derrière un carter maintenu par quelques vis, soit avec une clé à filtre si il est externe). On huile légèrement le joint du nouveau filtre à huile, on remet tout en place (en le serrant fermement à la main si il est externe, oubliez la clé à filtre) et on fait le plein d'huile en respectant le niveau à la jauge. Voilà une opération de maintenance courante à la portée de tous avec un minimum de soin.

Béquille d'atelier

Enfin, parlons béquille. Si vous avez une béquille centrale sur votre moto, vous n'êtes pas directement concerné par ce point. Pour les autres, elle vous sera bien utile afin de mettre la moto droite (pratique pour travailler dans de meilleures conditions), de lever la roue arrière pour un dégraissage/graissage de chaîne, ou encore pour retirer les roues de la moto, remplacer des roulements de roue, changer votre kit chaîne, changer les pneus, vidanger la fourche, ... il en existe beaucoup de versions, des béquilles avants ou arrières, pour bras oscillant ou diabolos... avec une béquille arrière et un cric de voiture, vous pourrez généralement tout faire sur votre moto. Pourquoi un cric de voiture ? En le plaçant au bon endroit avec une cale en bois sous la partie moteur, vous pourrez lever la roue avant de la moto pour effectuer votre entretien. Suivez ce lien pour accéder à de bons prix.

Mes recommandations

Pour bien commencer si vous partez de rien en terme d'outillage à main, choisissez un coffret type de bonne qualité, avec un jeu de clés mixtes, une pince multiprises et un marteau de mécanicien. Ça prend peu de place dans le garage et c'est souvent suffisant pour ce que vous aurez à faire. Certaines marques proposent même une mallette de mécanicien type, c'est une bonne option à envisager. Pour le reste, tout est résumé dans les paragraphes précédents, du moins pour de l'entretien courant ; vous aurez rarement besoin de plus sur une moto.

Si je devais vous conseiller des outils à emporter à moto dans un top case ou une sacoche de réservoir, je dirais simplement un coffret d'embouts et de douilles 1/4". C'est peu encombrant et ça peut dépanner pour du détail. Je pourrais vous faire une longue liste mais personne n'embarquerait tout le lot d'outils sachant pertinemment l'encombrement que ça occasionne et qu'il nous manquera toujours quelque chose pour effectuer une vraie réparation en cours de route... à moins de partir sur un road trip de plusieurs jours - semaines avec l'ensemble de valises qui va bien et éventuellement à plusieurs motards, mais là c'est autre chose.

Pensez juste à votre gilet jaune de visibilité en cas d'arrêt d'urgence (obligatoire à compter du 1er janvier 2016), à une bombe anticrevaison éventuellement, et à souscrire auprès de votre assurance à l'option de dépannage 0 km qui coûte généralement une misère, vous l'avez peut-être déjà sans le savoir d'ailleurs.

 

Il y a beaucoup d'autres points qu'on aurait pu aborder, mais pour vous éviter le pavé de 10 pages j'ai préféré en rester aux grandes lignes, ce qui devrait déjà donner un aperçu à ceux qui cherchaient comment se constituer une bonne base d'outillage à main. N'hésitez pas à interagir avec nous en bas de l'article ou sur le forum www.motovlog.fr !

 

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

GalorV6

Trailliste avant tout, j'en ai fait ma spécialité ! Je sévi sur Youtube mais également sur le forum Motovlog.fr, sur Twitter, Facebook et Google+

Commentaires (9)

  • Avatar

    Biker Ghost

    |

    Encore un sujet bien complet. merci.

    Reply

  • Avatar

    Keyzer-one

    |

    Super l’article! Très pro, complet et surtout utile!!!
    Beau boulot mec!

    Reply

  • Avatar

    MB3Drift

    |

    Un super article, bien expliqué et surtout bien documenté!
    J’ai moi même découvert très récemment le tournevis à frapper et c’est juste une merveille! Même si au final la conception est assez simple, ça coute pas cher et c’est vraiment ULTRA utile pour n’importe quel vis récalcitrante!

    Reply

    • Avatar

      GalorV6

      |

      Merci MB3Drift 😉
      Oui, le tournevis a frapper est redoutable dans certaines situations. C’est le genre d’outil dont on se sert très rarement, mais qu’est-ce-qu’on est content de l’avoir dans sa caisse à outils quand une vis fait sa dur à cuir ^^

      Reply

  • Avatar

    Kaouet

    |

    Très bonne article ! Je pense me mettre à bricoler des truc en rentrant à la maison, donc ça me sera très utile pour tout ça ! :)
    Concernant l’entretien, pour le moment c’est garage pour la garantie, ensuite j’aviserai, mais ça pourra toujours être utile et c’est un investissement à long terme, donc pas de soucis :)

    Reply

  • Avatar

    eife

    |

    Top l’article galorv6, un plaisir à lire mais ça donne envie de faire des achats

    Reply

  • Avatar

    grafix

    |

    Thank you for sharing this information.

    Reply

Laisser un commentaire

Lire plus :
Aide à la Conduite Moto – Chapitre 1 : Le maillon faible

Aide à la Conduite Moto - Pour trouver le vrai problème technique, il faut se regarder dans le rétro !...

Fermer